Le texte de Eva Prouteau


Le LiFE, en partenariat avec le Grand Café, centre d’art contemporain de Saint-Nazaire, présente une exposition des Frères Chapuisat du 15 juin au 2 septembre 2012.


Bâtisseurs empiriques de projets utopiques, les Frères Chapuisat procèdent à la lisière de la sculpture et de l’architecture, en corps-à-corps avec l’espace. Terrier rhizomatique, labyrinthe, tour de Babel, excroissance pénétrable, grotte ou belvédère : leurs oeuvres prennent souvent la forme d’habitacles aux charmes ambigus, à la fois nids douillets et pièges claustrphobes, gangues protectrices et invitations à la mobilité, à l’improvisation.


Quelles que soient les conditions de l’oeuvre (intérieur ou extérieur, échelle monumentale ou plus modeste), les Frères Chapuisat explorent avec constance le vocabulaire du bricolage ordinaire : carton et bois de construction, tasseaux, poutres ou grumes géantes, dans une utilisation brute et souvent proliférante, qui toutefois ne refuse pas la rigueur géométrique. Dans le monde Chapuisat, les cabanes bricolées de l’enfance croisent ainsi les polyèdres monumentaux.


Leurs installations agissent comme des révélateurs de paysage et métamorphosent l’espace d’exposition. Ce dernier devient lieu de chantier expérimental voire lieu de vie : avec Intra Muros, la cimaise se révèle logement, et Avant-Post offre au regard des visiteurs son foisonnement de planches sur pilotis pour mieux abriter les artistes et leur tribu le temps de l’exposition. Ici, la sculpture est vivante, elle peut se répandre et flirter avec la saturation (Cryptomnesia) jusqu’à empêcher l’accès du public. Toujours, elle suggère des univers cachés où le corps se réinvente. C’est le cas d’Hyperespace, où le duo envahit le centre d’art de Saint-Gall de six tonnes de cartons pour construire une sorte de boyau géant, inspiré d’une nouvelle de Kafka. Le spectateur se trouve face à une cimaise pourvue d’une petite entrée, dans laquelle il peut choisir de se glisser. Il pénètre alors dans un trou noir, et tout son parcours se fait dans l’obscurité, allongé, en rampant, à quatre pattes…


Ces plongées dans un autre monde, les Frères Chapuisat les affectionnent : pour eux la réception sensorielle de l’oeuvre passe prioritairement par l’expérience performative, le tactile, l’ouïe et l’odorat. À Saint-Nazaire, ils s’imprègnent de l’atmosphère troublante de la base des sous-marins pour rejouer une aventure vécue en 2007. Au LiFE, Métamorphose d’impact #2 se révèle lentement, tapie dans la semi-pénombre, vertigineuse. Étrange greffe suspendue, l’objet aimante et stimule les analogies : concrétion pixellisée, vaisseau en apesanteur, iceberg enchâssé, météorite perdue, volcan renversé… Ce mont stylisé rappelle aussi Raymond Roussel, pour lequel la montagne est par analogie le corps, « cette habitation temporaire destinée à nous transporter ailleurs ». Cryptique, ce corps-sculpture - une boîte crânienne ? – invite le public à explorer son intimité : s’il tente l’expérience, le visiteur découvre un cratère d’or, une étanche cellule où diffuse une palpitation d’infrabasse. Comme si les Frères Chapuisat avaient capturé dans ce minuscule espace un trésor d’énergie tellurique, et toute la lumière originelle, hors du temps.






































 







Exposition du 15 juin au 2 septembre 2012. Le LiFE, base des Sous-Marins, Alvéole 14, boulevard de la Légion d’Honneur - 44600 Saint-Nazaire. Tél.: +33 (0)2 40 00 41 68. Entrée libre du mardi au dimanche de 10h à 19h. Nocturnes les vendredis 22 juin, 6 et 20 juillet, 3 et 17 août jusqu'à minuit.


© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Les frères Chapuisat, Métamorphose d’impact #2

Archives expositions personnelles France

  Les frères Chapuisat, Métamorphose d’impact #2
  Le LiFE, Saint-Nazaire
  15.06 - 02.09.2012

Archives expositions personnelles (C)