Communiqué de presse


Pour cette exposition, le CEAAC  a choisi de mettre l’accent sur son programme d’échanges avec Budapest, où ont été reçues Marta Caradec et Anahita Hekmat, respectivement en 2010 et 2011.

Les travaux menés par les artistes illustrent l’enrichissement sur le plan artistique et humain que représente une telle expérience. Ce sont en fin de compte leur vision de cette ville, qu’elles ont chacune explorée durant un mois, qu’elles nous offrent aujourd’hui dans cette exposition.


Marta Caradec, Dessins - Résidence septembre 2010 à Budapest


C’est dans l’intention de développer son Dictionnnaire du Monde que Marta Caradec part en résidence à Budapest en 2010. Le Dictionnaire du Monde a été initié la même année à Strasbourg et à Katowice (Pologne) et suit ce principe : Marta Caradec commence par travailler à partir de cartes anciennes choisies pour leurs particularités graphiques, qu’elle accentue, retravaillant les motifs et les couleurs à la gouache. Sa formation initiale en joaillerie n’est sans doute pas étrangère à la minutie et au sens du détail qu’elle déploie dans ses compositions.

Ensuite, ces cartes sont découpées, les morceaux deviennent des « détails » ou des « extraits » de l’oeuvre originale. Chaque morceau est inséré dans un livre, choisi par l’artiste parce que le titre comporte le mot « monde ». Le livre est vendu en librairie (trois librairies indépendantes sont partenaires du projet, à Strasbourg, Katowice et Budapest. Celui qui l’achète est invité, en échange du « détail » du monde qu’il s’est vu offrir, à envoyer une carte postale à l’artiste, où il aura oréalablement inscrit une définition du mot « monde » trouvée dans le livre acheté...

Marta Caradec tient un site qui rend compte du projet de Dictionnaire du Monde : http://www.dictionnairedumonde.eu


Marta Caradec : sa démarche


« J’ai choisi une carte de 1957, en référence aux événements de l’année précédente. Une révolution derrière le rideau de fer, menée par des jeunes, qui auront maintenu un mois un nouveau gouvernement, que les chars russes réduisirent en bouillie. Le symbole est le drapeau hongrois, perforé en son centre, pour enlever les symboles communistes. Au milieu de l’illusion capitaliste, des chaînes de restauration américaines, des supermarchés autrichiens, il me semblait pertinent de mettre en avant cet épisode de leur histoire. Peut-être plus pour moi que pour eux - depuis il y a eu les révolutions arabes, « Los Indignados », une coïncidence ?


L’architecture de la ville est splendide, j’ai porté une attention particulière aux motifs des façades. Le vocabulaire qui la compose est intimement lié, à mes yeux, à celui que l’on retrouve dans les arts textiles, du mobilier, des intérieurs, de la céramique. J’ai repris ces motifs, et les appliqués sur la cité.

Exposition du 20 janvier au 12 février 2012. Le CEAAC - Centre Européen d’Actions Artistiques contemporaines, 7 rue de l’Abreuvoir - 67000 Strasbourg. Tél.: +33 (0)3 88 25 69 70. Ouverture du mercredi au dimanche de 14h à 18h, sauf jours fériés. Entrée libre.

© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Marta Caradec, Dessins

Archives expositions personnelles France

  Marta Caradec, Dessins
  Ceaac, Strasbourg
  20.01 - 12.02.2012

Archives expositions personnelles (C)