Communiqué de presse


Le textile compose l’essentiel de la création de Gaëlle Chotard. C’est une sensibilité dont elle dispose depuis l’enfance 1). Elle s’est attachée à détourner la technique du tricot, quelque peu désuète, pour en faire des oeuvres d’art. Ces objets créés en trois dimensions s’apparentent plus à la sculpture et les sujets abordés n’ont aucun lien avec la finalité initiale du textile. Ainsi, ils permettraient que les techniques soient toujours utilisées et vues autrement.


Gaëlle Chotard travaille sur la perception, un moyen d’éveiller le spectateur à des sensations lui permettant de se transporter dans un univers. Chacune de ses sculptures est éclairée par une petite lampe diode électroluminescente, qui génère une lumière blanche puissante et projette sur les murs une image agrandie, un double fantomatique de ses formes étranges 2).


La plupart de ses oeuvres présente des transformations, de l’humain à l’animal, par des petits morceaux de corps : d’étranges extensions au bout des doigts, sur le visage... Le rapport à l’animalité souligne la part de violence en nous, cette part sauvage que l’on ne veut pas voir. C’est infime comme les griffes ou des sabots en maille qui se placent juste à la pointe du pied. D’autres pièces comme les trophées - des cerfs, sans yeux ni bouche, expression dont on distingue la tête avec ses bois - abordent également ce sujet : tout tricotés de blanc, ce sont de jolis objets minutieux semblables à des bijoux. Ils contiennent à la fois la douceur de l’intimité et la violence d’une tête coupée qu’on accroche à un mur 3).


D’autres sculptures éclairées par une diode rouge sont un voyage dans les entrailles de la forme, une vision intérieure. Sa série de dessins à la plume et à l’encre (argentée) sont comme des paysages mentaux ou des tests de psychologie projective comme le suggèrent par ailleurs les peintures de Gilles Balmet.


Notes

1. Le Fil et la maille, Olivier Gaulon, in aerarevu(s) n°10, 2005

2. Gaëlle Chotard, Au Fond. , Carine Pouvreau, in Paris-art.com, 2007

3. Le Fil et la maille, Olivier Gaulon, in aerarevu(s) n°10, 2005





© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Parallèles, Gaëlle Chotard

Exposition du 12 mars au 7 mai 2011. L'AGART, 35 rue Raymond Tellier (face à la mairie) - 45200 Amilly. Tél.: +33 (0)2 38 85 79 09 & 06 78 47 84 09. Entrée libre les jeudi et vendredi de 13h30 à 17h30, le samedi de 14h00 à 18h00 et sur rendez-vous.



Gaëlle Chotard, Sans titre, 2010 Gaëlle Chotard, États d’âmes, encre de Chine, crayon, encre argentée, 31 x 24 cm, 2007 Gaëlle Chotard, Au Fond, Fils métallique et coton, diode, dimensions variables, 2007 Gaëlle Chotard, Au Fond, Fils métallique et coton, diode, dimensions variables, 2007 Gaëlle Chotard, Au Fond, Fils métallique et coton, diode, dimensions variables, 2007 Gaëlle Chotard, Au Fond, Fils métallique et coton, diode, dimensions variables, 2007

Ci-dessus

Gaëlle Chotard, Au Fond, Fils métallique et coton, diode, dimensions variables, 2007

Ci-contre

Gaëlle Chotard, États d’âmes, encre de Chine, crayon, encre argentée, 31 x 24 cm, 2007

Gaëlle Chotard, Sans titre, 2010

Archives expositions personnelles France

  Parallèles, Gaëlle Chotard    
  Galerie L'Agart, Amilly
  12.03 - 07.05.2011

Archives expositions personnelles (C)